Les tatouages que j’aimerais me faire

Hello les petits chats ♥

Aujourd’hui, on parle tatouages !

Je n’ai pas trop envie de me faire tatouer…

J’avoue que je n’aurais jamais imaginé parler de ça ici un jour, mais j’y pense de plus en plus et je suis curieuse de connaître vos avis sur la question !

Je n’ai pas de tatouage, et ne pense pas vraiment que je m’en ferais un jour, pour plusieurs raisons.

N’empêche que je trouve ça VACHEMENT joli, et j’aime bien penser à ce que je me ferais tatouer si un jour je sautais le pas.

Une des raisons qui me freine, c’est que je n’ai pas vraiment de cause/symbole/idée/personne/situation/souvenir qui me tient à cœur au point de vouloir me le “graver” dans la peau pour la vie… ou en tout cas, je n’en ressens pas du tout le besoin.

Du coup, si je me faisais un tatouage, ce serait complètement décoratif, et sans portée symbolique.

Il y a bien quelques citations/mots que j’aime beaucoup, mais j’ai l’impression que mon état d’esprit/mes objectifs etc changent tellement souvent que je me vois mal figer ça dans un tatouage.

Quel tatouage, et où ?

Clairement sur un petit endroit mimi, genre creux du poignet, doigts, creux du coude, épaule, omoplate, cheville, nuque, creux du genou, sur le sideboob

Pourquoi ces endroits ?

Aucune idée ! J’ai juste envie d’un truc minimaliste, chou, pas forcément hyper visible, mais classe, discret, un peu comme un bijou, ou un petit trésor caché. (la meuf folle)

Quand au contenu… J’AI BEAUCOUP TROP D’IDEES et plus je cherche sur internet plus ma liste d’envie s’allonge (comme à peu près dans tous les domaines) (salut ma to-do list de tricot)

Voici une petite sélection de mes tatouages préférés :

Et un tatouage partagé ?

J’aime bien en parler avec ma BFF, et j’avoue que l’idée d’un tatouage Mr/Mrs me plait plutôt, mais au fond, je suis un peu mal à l’aise avec cette idée d’ancrer (encrer hehe) une relation dans ta chair…

Je comprends que certains aient envie de le faire, je comprends à 100% ce sentiment, mais je ne vis tout simplement pas mes relations comme ça. Je suis complètement convaincue que mon mari et moi, ma BFF et moi, ma maman et moi, mes futurs enfants et moi, sont des relations magiques et éternelles… mais je suis trop égoïste pour me les mettre dans la peau x)

(Ok pour les enfants j’aurai pas le choix haha)

Voilà quand même une petite sélection de couple tats que je trouve trop choupi (mais que Le Mari ne voudrait JAMAIS se faire #TeamVieux)

J’aimerais trop qu’on se tatoue des anneaux sous nos alliances, comme ça :

Ou encore des petites choses comme ça :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime beaucoup ceux-là aussi, mais je les trouve un peu trop imposants 🙁

Par contre, un tatouage d’amour à moi-même, why not ?

Mais en définitive, je pense que je vais me contenter des tatouages au henné haha.

Et vous, vous avez des tatouages ? Vous projetez de vous en faire ? Dites moi touuut !

Love,
Meantara.

Meantara travels : un long week end sur l’île d’Oléron

Hello les petites fleurs printanières !

 

Cette semaine je vous ai préparé un article tout chaud : tout sur mon week end à Oléron, dont je rentre tout juste ! (oui oui vous avez sûrement vu passer un mail hier… voilà ce qui arrive quand on planifie les choses un dimanche soir haha)

 

dézo Ryan je sais que je te déçois

Anyway pour les 30 ans du p’ti mari, on s’est offert une petite escapade de 4 jours sur cette jolie île. 

Les aspects pratiques

On avait été sur l’île de Ré l’année dernière à peu près à cette période, et je me souvenais avoir beaucoup aimé Oléron quand j’y avais été plus jeune, avec mes parents.

On a donc fait nos bagages pour un chouette week end d’anniversaire, et je vous dis tout sur ce voyage ! 🙂

Côté transport, on a opté pour un combo TGV/car avec une correspondance à Surgères. C’était plutôt long, 6h de trajet à l’aller comme au retour…

On avait genre 2 semaines d’avance sur l’ouverture de la saison, du coup peu de restaux ouverts et peu de soleil… Mais on a quand même bien kiffé !

Notre Airbnb était vraiment très sympa, une famille adorable et une chambre parfaite, tout près du port de la Cotinière.

On fait quoi à Oléron ?

Le premier jour, on s’est promené un peu partout en voiture, histoire de prendre nos marques, et on a dîné aux Frits de Mer, une petite cabane hyper charmante, spécialisée dans les Fish & Chips. P’ti Mari a adoré son repas d’anniversaire !

Fish & chips en amoureux @lesfritsdemer

Le lendemain, vendredi, notre chouette hôte nous a prêté des vélos et on est partis à l’assaut des pistes cyclables de l’île. Tout d’abord vers le nord, mais la nationale nous a vite soûlés et on est partis vers le sud, sur des sentiers boisés, bien plus sympa !

La Parisienne qui découvre la nature et se prend pour une photographe “pro”

Oh, des fleurs ! Regarde chéri, des fleurs !

 

 

 

 

 

 

 

On est évidemment rentrés épuisés et persuadés qu’on en paierait le prix fort le lendemain…

On a été sacrément déçus de ne pas avoir de courbatures ! #GensChelouBonjour

Du coup j’avais un peu envie de les reprendre samedi, et aller faire un tour avec sur l’île d’Aix. Mais il faisait franchement gris et j’avoue qu’on avait quand même la flemme, sans compter que les navettes pour Aix ne reprenaient que début Avril… On a donc repris la voiture pour aller voir du côté du phare de Chassiron et de la citadelle du Château.

Le phare de Chassiron… un petit air de Disneyland Paris / Storybrooke, vous trouvez pas ?

On a aussi été prendre des p’tites photos des jolies cabanes de créateurs…

Le jeu de mots poétique

 

 

les p’tis n’oiseaux sur leurs branches <3

La vue de la citadelle du Château

La plus chouette des petites cabanes de créateurs

 

 

 

 

 

 

 

Avant de retourner prendre un délicieux fish & chips qu’on est allés digérer au complexe piscine/SPA “Ileo” à Dolus d’Oléron 😀

Irrésistible !

Enfin, dimanche, après une grasse mat’, on a rendu la voiture et pris une pizza de folie à St Pierre : le pied !

Dernière dose de fruits de mer (et de gras) avant de s’en aller… #MeantaraEats

Et puis direction le car pour Surgères, puis le TGV… Tristes de partir, mais heureux de retrouver notre appart’ !

On reviendra carrément, en pleine saison, profiter des prix élevés, des touristes, du beau temps et des navettes pour l’île d’Aix !

Et vous, vous connaissez l’île d’Oléron ? Vous aimeriez y faire un tour ?

Love,
Meantara.

Meantara reads … A la croisée des mondes

Hello les bébés daemons !

Aujourd’hui, je vous parle d’une saga qui a fait vibrer mon petit coeur pendant toute mon adolescence !

Non, il ne s’agit pas d’Harry Potter, mais d’A la croisée des mondes !

J’ai repris en apprenant la merveilleuse nouvelle de la sortie de Dust en octobre, la suite de la 1ère saga !

J’y retrouve finalement les mêmes thématiques que dans HP ou Autre Monde : les jeunes VS les vieux, les figures parentales, la sexualité, la religion, les institutions, l’amitié, les citations à la Dumbledore comme “Tel est le devoir des gens âgés. Se faire du souci pour les jeunes. Et le devoir des jeunes est de railler l’inquiétude des vieux” …

Mais aussi des thèmes comme le destin, avec des réflexions qui me passionnent toujours.

Trève de bavardages, je vous emmène avec moi dans cette belle lecture.

Tome 1 : Les royaumes du nord

Ma mère m’a offert le premier tome quand j’avais 9 ans, avant de partir en classe de neige. C’est assez amusant, car j’ai l’impression que c’était une épopée, que ça avait duré 2 mois et tout… Alors qu’en vrai, c’était pas plus de 10 jours haha.

Bref, toujours est-il que je lisais ce premier tome en étant moi même dans une sacrée aventure, qui plus est à la neige, donc le livre a vraiment résonné en moi (puisqu’il se passe dans les royaumes du nord).

Je me souviens aussi que j’utilisais beaucoup les dictionnaires à cette période, et j’étais très frustrée de ne pas y trouver certains mots de cette saga… comme “ambarique”, qui est en fait un synonyme d’électrique dans ce monde qui ressemble au nôtre sans l’être tout à fait.

Pour ce qui est de l’histoire, on suit donc Lyra Belacqua, une orpheline espiègle, dans sa quête pour retrouver son meilleur ami qui a été kidnappé.

Elle part donc vers le nord, et va rencontrer sur son chemin des gitans, des sorcières, des ours… et va découvrir beaucoup de choses ! Sur elle-même, d’abord, puis sur sa famille, mais aussi sur le monde qui l’entoure et sur la fameuse Poussière qui intrigue tous les adultes autour d’elle.

Elle apprend, durant sa quête, à utiliser l’aléthiomètre, un lecteur de symboles très complexe. J’adore les passages où elle l’utilise, je trouve les différents niveaux d’interprétation fascinants !

J’ai dévoré ce premier tome, d’ailleurs je me rends compte que ma perception du temps a vraiment évolué ! Non seulement la classe de neige n’a pas duré 2 mois, mais les aventures de Lyra avancent bien plus vite que je ne le pensais ! (ok, je lis juste plus vite. Heureusement remarque.)

Tome 2 : La Tour des anges

C’était mon préféré de la saga quand j’étais plus jeune, parce que c’est dans ce tome que Lyra découvre notre monde. L’histoire débarque donc dans notre monde, et on voit les réactions de “gens comme nous” face aux divers phénomènes bizarres, ce que je trouve très intéressant.

On rencontre plein de nouveaux personnages, et on continue d’en apprendre sur la Poussière et la différence fondamentale entre enfants et adultes.

Je tenais à vous partager un passage qui m’a bien fait rire, et qui illustre pas mal la personnalité unique de Lyra.

Elle avait demandé : “Qui est ce garçon ? Un ami ou un ennemi ?”
L’aléthiomètre répondit : “C’est un meurtrier.”
Lyra se sentit immédiatement soulagée. Il savait où trouver à manger, il lui montrerait comment rejoindre Oxford, autant de qualités fort utiles ; ce qui ne l’aurait pas empêché d’être un froussard, un garçon à qui on ne peut pas faire confiance. Un meurtrier, en revanche, faisait un excellent compagnon.

Tome 3 : Le Miroir d’Ambre

C’est à mon sens le plus sombre, le plus profond, le plus adulte des 3 tomes. J’avais hâte de le redécouvrir avec un regard adulte, justement, et je me régale !

J’aime beaucoup les thématiques abordées, et toute la réflexion autour de la religion, de la moralisation de toutes les pratiques, et du bien et du mal.

Un moment particulièrement marquant, c’est quand on apprend que certains prêtres (dans un monde parallèle au notre) font repentance PRÉVENTIVE pour pouvoir tuer quelqu’un si besoin, mais que ce ne soit pas un péché puisque déjà pardonné. Il y a ainsi des “scores” pour chaque péché, et on se repentir en avance, au cas où. Voilà, voilà.

Petites déceptions :

J’aime beaucoup l’aléthiomètre, et je trouve qu’il n’est pas assez utilisé. Quand Lyra lui pose des questions, on a pas assez souvent le suivi de son raisonnement. Je trouve passionnante l’interprétation des images et de leurs différents niveaux, et c’est peu expliqué. Aujourd’hui, le procédé me paraît un peu simpliste. Ça fait un peu gadget, finalement, et je trouve ça très dommage.

J’aurais aussi aimé avoir une explication “claire” sur la nature des daemons : est-ce l’esprit, est-ce le coeur, l’âme ? J’aime beaucoup ces notions qui me fascinent, et j’avoue que j’aime qu’on me donne des réponses précises. Je pense que c’est un choix délibéré de l’auteur, qui pousse à la réflexion, mais ça me frustre un peu :p

Je pense que l’histoire d’amour qui est présentée dans ces livres est la première que j’ai lue, la première qui m’ait émue. J’ai souvent relu juste le Miroir d’Ambre, pour revivre certains moments ♥ (j’avoue que depuis, j’ai lu/vu/entendu/ressenti plein d’autres histoires d’amour, je suis donc beaucoup moins fascinée en relisant celle-ci haha)

Je suis tout de même un peu déçue par Lyra que je trouve trop “influençable”. J’avais le souvenir d’une fille téméraire et têtue… ce qu’elle est ! Mais je pense que quand j’étais plus jeune j’étais moi-même plus impressionnable. Aujourd’hui, je trouve que Lyra est un peu trop “gaga” devant… tout le monde, en fait. Elle est dépeinte comme une petite fille fragile, un peu naïve, un peu insolente, que tout le monde couve/remet à sa place un peu trop souvent.

Alors que Will, au même âge, est présenté comme viril, posé, mature, etc…

Par exemple, cet extrait m’a énervée :

Ton plan ne me plaît pas, mais ce garçon est la seule personne avec laquelle je te laisserai partir en toute confiance.

GENRE ELLE A BESOIN DE BENEDICTION ET DE PROTECTION !!!

Comme quoi, à force de m’intéresser et de m’impliquer dans le féminisme, j’ai beaucoup solidifié mes idéaux ♥

Adaptation cinématographique

Enfin, avant de vous laisser, je voulais vous parler du film tiré du premier livre, La boussole d’or, que j’ai vraiment beaucoup aimé.

Je trouve que Nicole Kidman fait une parfaite Mme Coulter, et Daniel Craig un merveilleux Lord Asriel ♥
Je ne comprenais pas trop pourquoi il n’y avait pas eu de suite, et j’ai lu quelque part une explication intéressante. L’histoire étant une énooooooooorme critique de l’Eglise, l’adaptation a dû mettre de côté la majorité de cette critique, ce qui a donné un film vidé de la substance politique de l’histoire. Du coup, la mayonnaise n’a pas trop pris.

Vous connaissiez cette saga ? Si oui, êtes vous aussi impatients que moi de lire la suite, avec notamment l’apparition d’une Lyra adulte ? 😀

Love,
Meantara.

Meantara un tricote un pull Joey

Hello les bébé moutons !

Cette semaine, je vous parle du pull Joey que je convoite depuis un certain temps.

Le modèle et la laine

Le modèle est de Marcelle & Clo, qui fait des choses juste A TOMBER !

J’avais complètement flashé sur ce cher Joey, et j’étais sûre de le faire en noir…. dans quelques temps !

Et puis sur un coup de tête j’ai décidé d’acheter la laine pour le faire, et j’ai craqué sur un joli bleu marine.

J’ai choisi la toute douce Big Merino de Drops, et j’en suis hyper heureuse ! Tout doux, tout chaud, et assez élastique, un vrai bonheur à tricoter ♥

Mon expérience

Je suis toujours aussi fan de ce modèle, les losanges de jetés sont géniaux à faire, et encore une fois ça monte vite vite (j’ai l’impression de dire ça à chaque fois haha).

La construction est hyper simple, tout se tricote à plat, puis quelques coutures à la fin (j’y arrive de mieux en mieux haha)

Comme l’a fait remarquer Le Mari, c’est allé assez vite pour finir ce pull : 2 semaines en tricotant d’autres choses en parallèle !

Bon, finalement … le pull ne me va pas 🙁

Les jolis losanges ♥

J’avais beaucoup hésité à ajouter 2 losanges en largeur … mais je me suis sur estimée x)

Il est un peu trop moulant pour le porter tout de suite. Mais j’ai bon espoir de pouvoir le porter bientôt (#RepriseDuSport haha)

Les jolis bord-côtes ♥

Enfin, je trouve les manches un peu trop longues, et le pull un peu lourd.

Mais à part ces petits désagréments, je suis quand même fan de mon pull ! Je trouve que cette laine est top, les mailles sont bien définies, les côtes trop jolies ♥

Un jour promis je vous montrerai des photos portées 😉

Love,
Meantara.

Meantara fête ses deux ans de mariage

Hello love birds !

Warning : ce post dégouline d’amour !

Je n’avais pas spécialement prévu de parler de mariage ici, mais le hasard a fait que mon anniversaire de mariage tombe un mardi cette année :p

En voiture Simone, je t’emmène dans l’histoire de ma vie !

La rencontre et les débuts

J’ai toujours trouvé la notion de coup de foudre un peu… débile. Pour moi, il s’agissait simplement d’attirance physique, que les gens masquaient en “amour”, comme si on pouvait aimer quelqu’un sans lui parler lolilol.

Du coup, je ne m’attendais vraiment pas, un dimanche après midi, en allant à un anniv où je ne connaissais pas grand monde, à avoir un coup de foudre.

Bon, je vous rassure (ou pas), je ne suis pas tombée amoureuse au premier regard, mais je savais qu’il venait de se passer un truc de dingue. Après, c’est peut être mon côté fangirl.

Quoiqu’il en soit, dès qu’on s’est dit bonjour, je savais que j’étais dans la merde. Du coup on a passé l’après midi à essayer d’être casual mais on n’arrêtait pas de revenir se parler.

 

On a commencé à se fréquenter de manière assez paradoxale : aucun de nous ne voulait commencer une histoire, mais on était quand même inséparables.

La jeunesse, l’insouciance, toussa

Ça a duré quelques mois, puis Yassire est parti vivre quelques temps à Madagascar. On a décidé de continuer à distance, mais j’avoue que je ne croyais pas du tout aux relations longue distance.

ET POURTANT c’était vraiment top (ok à part la distance), on avait nos petits rendez-vous Skype et tout, on s’écrivait tout le temps… ça y est, c’était vraiment sérieux, et ça faisait pas si peur que ça finalement.

Jusqu’au jour où il m’a dit que ça serait bien qu’on officialise les choses, c’est à dire en parler à nos parents et nous fiancer.

Là, ça a commencé à me faire peur. J’avais 21 ans, ça rentrait pas DU TOUT dans mon plan ! Le plan c’était finir mes études, voyager, trouver du boulot, et me marier à  30 ans !

Mais j’ai vite oublié le plan, parce que même si ça faisait peur, c’était hyper grisant !

Comme l’a si bien dit Leonard dans The big bang theory, “Marriage is scary : you’re scared, I’m scared. But it doesn’t make me not wanna do it. It makes me wanna hold your hand and do it together.”

 

Le mariage

Bon bah du coup c’était parti, on a commencé les préparatifs, pour se marier un an plus tard, à la Réunion.

Honnêtement, ça n’avait rien à voir avec tout ce que j’avais pu imaginer.

“Tu vas en baver mon cocoooo”

Je m’imaginais en Bridezilla, j’imaginais un mariage de rêve, beaucoup de stress, de la magie…

Je n’étais pas DU TOUT Bridezilla (vraiment pas, je vous jure), le mariage était normal, pas de rêve :p, on était stressés mais pas plus que d’habitude (on est un peu des stressés de la vie), et la magie… n’était pas celle que j’imaginais.

Ma passion pendant ce mariage : peser sur les gens de tout mon poids

J’étais traitée comme une petite princesse, c’était géniaaaal !

Mais je pense que les films et séries m’avaient trop monté à la tête et je m’étais construit tout un imaginaire autour du mariage… et en fait c’était beaucoup plus normal que je ne le pensais ! Sauf que j’étais la star et ça c’était cool.

J’ai adoré tout planifier avec mon fiancé, j’ai adoré l’appeler mon fiancé, choisir les fleurs, nos tenues, tout ça c’était ouf !

Mais on était tellement pris dedans que c’est passé HYPER vite.

Pour revenir à tout l’imaginaire du mariage, j’ai attendu avec énormément d’appréhension le moment de commencer à me préparer, parce que je pensais que j’allais avoir une crise en mode “whaaaat quoi non je peux pas me marier salut je me casse”.

ALORS QUE PAS DU TOUT. Mais genre, vraiment pas. A aucun moment ! Ca s’est passé hyper naturellement, c’était parfait 😀

On a donc eu un mariage indo-musulman, avec 3 cérémonies : le mariage civil, la cérémonie du henné et le mariage religieux.

Mon seul regret : ne pas avoir su m’imposer pour avoir un maquillage N A T U R E L.

Le mariage civil + la réception

On commence les hostilités festivités Samedi 21 février 2015 : je pense sincèrement que c’était le jour le plus difficile.

Une fois que tout le monde était prêt, Yassire et son grand frère sont passés nous récupérer, mon frère et moi, dans la jolie voiture décorée.

Il faisait chaaaaaaaaud et j’ai dû actualiser mon appli météo au moins 2500 fois : il allait pleuvoir, notre séance photo allait être gâchée, c’était sûr.

Une fois dans la voiture, j’ai arrêté de regarder mon téléphone, on a commencé à s’amuser

En arrivant à la mairie, j’étais hyper excitée : que la séance photo commence !

Environ 5 secondes plus tard, j’ai commencé à paniquer. J’ai cru que j’allais mourir d’appréhension en attendant que ma famille arrive à la mairie.

Big up au petit frère le plus parfait du monde, qui a été un soutien incroyable et qui a répondu avec calme à mes 50 “ILS SONT OU ?”/seconde

Bon évidemment ils sont tous arrivés à l’heure, on a pris PLEIN de photos ( on ne parle pas assez de la douleur aux zygomatiques des mariés. De la mariée, surtout.), et en route vers la salle des fêtes.

La cérémonie, toute rapide soit-elle (ça passe vraiment hyper vite !!!), était incroyablement émouvante.

Je ne regardais pas mes parents, je savais qu’ils étaient en train de craquer, et je voulais pas pleurer x)

Je suis à 99% sûre qu’il venait de dire une connerie

Une première étape de faite, la tension redescend, on part direction le “Jardin de l’Etat” pour une séance photo en amoureux avant de rejoindre tout le monde à la réception.

C’est l’heure du gâteau !

Bon, évidemment, il y avait plein de manger, et c’est moi qui ais choisi les ingrédients du gâteau, mais je serais incapable de vous en parler : pour une fois, manger était le cadet de mes soucis pendant… quasiment un mois x)

Le stress putain… LA MARIÉE EST MALADROITE JE RÉPÈTE LA MARIÉE EST MALADROITE

Le henné

C’est la cérémonie que j’ai le plus aimé, ça se passait à la maison, j’étais pas stressée du tout, et j’ai enfin eu mon henné de mariée, le rêve d’une vie (chacun ses ambitions)

C’est pas parce que c’est ton mariage que tu deviens tout à coup photogénique wesh

Le rêve d’une vie c’est bien sympa, mais le henné de la mariée, on l’a appliqué une fois que les convives étaient partis (histoire de pouvoir me mettre en jean/t shirt), et ça prend DES HEURES dans une position inconfortable (et pour moi et pour la pauvre henna artist).

Mais j’avoue, on s’est bien marrées

Là où c’était moins marrant, c’était au moment d’aller me coucher. Comme vous pouvez le voir, cette smart bride s’est changée, mais, dans sa hâte d’accomplir le rêve de sa vie… a oublié de se décoiffer/démaquiller.

Or, voyez-vous, le henné, il faut le laisser sécher et poser au moins toute la nuit. Je ne pouvais donc pas me démaquiller/décoiffer avant le lendemain ! Sympa, la nuit ! :p

Totally worth it

Le mariage religieux

Mardi 24, direction la mosquée pour le mariage religieux.

C’était le plus “officiel”, le plus symbolique pour nous, mais aussi le plus zen. La première nuit du reste de notre vie, la fin du “wedding”, le début du “marriage”.

You ready girl ?

L’euphorie était palpable plus ce jour-ci que les autres, c’était un moment très familial, feutré (peut-être aussi parce que c’était la seule cérémonie de nuit, je ne sais pas)

Gangsta bride (et les parents qui n’arrivent pas à retenir leurs larmes <3)

A la mosquée, hommes et femmes sont séparés, on a donc passé cette cérémonie chacun de notre côté. C’était un drôle de sentiment, 1h30 de sermon dans un cadre familier mais où pour la première fois, on est un peu au centre de tout. Le temps qui semble s’allonger avant le moment fatidique du “mariage” à proprement dire… Les regards de tout le monde focalisés sur soi…

Et puis, tout à coup, c’est l’heure, on ouvre le Coran, on lit les quelques lignes qui nous unissent, on signe le registre, les gens viennent nous féliciter, puis s’en vont petit à petit, et pouf, les hommes de la famille nous rejoignent dans la salle des femmes qui s’est vidée, et ça y est, on est mariés !

Et la vraie vie commence !

Ça fait quoi, d’être mariée ?

Premier jour en tant que Mme M. <3

Ben en fait, ça change pas grand chose… mais ça change tout.

Je m’explique : je ne sens pas de différence fondamentale EN moi, je suis toujours la même gamine (comme en atteste cette photo), j’ai toujours les mêmes passions, les mêmes doutes dans la vie, les mêmes goûts cinématographiques, alimentaires, les mêmes envies de voyage…

Mon quotidien a évolué. La vie à deux, ça s’apprend, il y a une période d’ajustement, c’est clair. On apprend à choisir ses batailles, à relativiser certaines choses, à s’adapter à l’autre, à se remettre en question.

On dit souvent que le mariage c’est du boulot, qu’il faut faire des concessions, toussa toussa… ben c’est vrai !

C’est du boulot, mais 99% du temps, ça se fait naturellement. Si on en parle, si on essaie de se comprendre, si on met de côté son ego, si on se respecte, ça va tout seul, et c’est plutôt chouette.

Finalement, ces deux dernières années, j’ai beaucoup mûri, j’ai fait de nouveaux projets, découvert de nouvelles choses, voyagé, grandi.

J’avais peur, avant de me marier, de vite me lasser. Mais le quotidien qu’on a construit ensemble, la vie qu’on a aujourd’hui, je ne l’échangerais pour rien au monde !

Love,


Meantara.

Meantara Travels : 10 jours de bonheur à Ténérife

Hello les loulous ! Joyeuse St Valentin, toussa toussa :p

Pour l’occasion, je n’ai pas trouvé mieux que partager avec vous notre dernier voyage en amoureux. Je vous emmène donc aux Canaries pour faire le plein de soleil ! Cap sur Ténérife 🙂

Le pourquoi du comment

On a décidé de partir en vacances début décembre, on voulait une seule chose : du soleil et la mer. (ok 2 choses)

En regardant un peu où il faisait bon aller en cette saison, et qui ne soit pas au bout du monde, on est tombés sur les îles Canaries. Depuis toute petite, ce nom me faisait rêver, on a donc pas beaucoup hésité, surtout quand on a vu les prix des vols Ryan Air !!

J’avais qu’on était un tout petit peu anxieux de partir avec Ryan Air, rapport à Beauvais, aux bagages et tout…

Mais ça s’est vraiment très bien passé ! La navette qui part de la porte Maillot est très accessible et fiable; et on nous a pas du tout soûlés pour les bagages !

La vue de notre Airbnb sur Las Galletas

Sur place, on a pris un Airbnb à El Fraile. A cette période, tout était blindé, du coup c’était juste une chambre chez un couple. Attachés à notre indépendance, on était pas 100% à fond, mais ça s’est hyper bien passé.

Le quartier était très cool, on avait la plage à 5 minutes à pied, la ville de Las Galletas et ses restaus était à la même distance, nos hosts adorables… On s’est vraiment éclatés, je vous raconte tout 🙂

Les premières impressions

Bon, en arrivant dans le sud, qui est une région volcanique, et assez touristique… je me demandais un peu ce qu’on était venus faire là x°

J’étais vraiment circonspecte, je me suis dis qu’on allait vite s’ennuyer… ET FINALEMENT j’ai adoré !

Les routes sinueuses des hauts de Ténérife

Alors oui, on en fait assez vite le tour, surtout que Le Mari et moi on est du genre à tout faire hyper rapidement. Mais finalement, c’est exactement les vacances dont on avait besoin, sans s’en rendre compte. Pas forcément une activité pour chaque heure de chaque jour, mais du soleil, des gens top, des plages, de la D E T E N T E. Ça m’a bien pris 2-3 jours mais j’ai fini par laisser glisser dans l’eau tout le stress parisien et savourer de ne rien faire.

Les visites

Alors alors, on a quand même fait quelques visites bien sympa … Niveau transport, on avait un bus à 5 min qui fonctionnait plutôt bien et pas très cher, mais on a craqué pour une location de voiture. Comme on voulait arpenter l’île dans tous les sens, c’était le plus pratique !

Au niveau de la pointe nord, on est allés voir les montagnes d’Anaga, qu’on a eu beaucoup de mal à trouver avec Google Maps qui faisait n’importe quoi. En redescendant, on est passés par la capitale, Santa Cruz, et La Laguna, deux villes très agréables !

Le Mari fait le beau gosse sur la route d’Anaga

On a surtout aimé “San Cristobal de La Laguna”, au sujet de laquelle notre hôte nous avait raconté une chouette anecdote : c’est la première ville qui a été colonisée par Christophe Colomb, et du coup la plupart des villes d’Amérique latine sont construites de la même manière.

Une visite A NE PAS FAIRE : les pyramides de Guimar… N’Y ALLEZ PAS ! C’est vraiment un piège à touriste, dont on fait le tour très vite et dont l’intérêt est hyper limité voire nul.

Le Mari is not amused par les pyramides

 Le Teide

On est allés visiter le parc national du Teide, qui nous a beaucoup plu. Il faut prévoir une journée entière pour y aller, visiter, et rentrer si l’on est en transports en commun. En voiture, ça va déjà bien plus vite, une matinée à peine.

Après quelques arrêts aux points photos, on a continué vers le nord et notamment Puerto de la Cruz, puis on est passés visité le Parque del Drago et son arbre millénaire .

Je tenais aussi à visiter le village de Garachico, dont le nom m’attirait beaucoup. Finalement la première fois, on s’est perdus en montagne, vers le village de la Montañeta, hyper joli ! On a fini par y aller un autre jour, mais ce n’était pas ouf :p

En rentrant, on a pu voir le coucher du soleil avec vue sur le Teide, et ça, ça vaut le détour !

On est souvent revenus dans ce coin, notamment de nuit. C’était une obsession du Mari, car c’est un des lieux où l’on voit le mieux le ciel ! On y est donc souvent retournés, et c’est vraiment très chouette la nuit. Les photos de nuit, c’est pas encore ça, mais je travaille dessus 😉

La randonnée de Masca.

Un point fort de notre séjour ! Après un bon petit dej, on est parti assez tard vers le village de Masca.

 

La randonnée part du village et traverse les gorges de Masca jusqu’à une petite plage. On a beaucoup hésité sur la marche à suivre, et on a finalement décidé de rejoindre le village de Masca en voiture, puis de prendre le bateau de la plage jusqu’à Los Gigantes, et de revenir sur Masca en taxi. Pour le taxi on a eu la chance de le partager avec un couple d’allemands très sympas, du coup c’était hyper intéressant !

L’impatience du Mari

On a donc commencé la rando à midi pépère, on est arrivé sur la plage à 16h, pour prendre le bateau à 16h30. Gros coup de chance pour le timing, parce que le dernier départ est à 17h30 ! Et clairement, le retour de nuit, c’était no way x) (c’était no way tout court perso)

Petite rencontre mimi pendant la rando ♥

J’aime beaucoup les randos, et les challenges sportifs pour mon gros popotin, mais je dois avouer que celle-ci était un peu relou.

Le bonheur de se POSER enfin après une rando de 4h

Le circuit est HYPER rocheux, on finit par un peu se lasser des paysages, et puis j’avais une blessure à la cheville et donc ZERO assurance dans le pied, ça n’arrange rien.

On avait lu que les dauphins venaient souvent jouer avec les touristes sur le bateau qui relie la plage d’arrivée à Los Gigantes, mais on en a pas vus 🙁 #Déçus par contre le monsieur du bateau nous a beaucoup amusés en jouant avec les mouettes, donc on a vite oublié la déception !

Mais elle est vite revenue : on a réservé un autre jour une sortie en bateau juste pour aller observer dauphins et baleines … Et la mer était finalement trop agitée, on a donc annulé.

Le farniente

Los Cristianos

Les plages qu’on a le plus squattées sont celles de Las Americas & Los Cristianos. C’est “l’épicentre” touristique de l’île, donc il y a beaucoup de monde, c’est clair ! Mais l’ambiance est très sympa, les plages super, et il y a plein de restaus (plus ou moins bons) le long de la jetée. J’ai beaucoup apprécié remonter touuuuut le long de ces plages, flâner dans les boutiques de souvenirs, s’arrêter pour une baignade, un peu de bronzette… La plage d’El Médano vaut également le détour, pour regarder les kitesurfers sur la plage, et ça c’était génial !

On s’est posé à la Playa Jardin un après midi, qui est hyper sympa aussi. Enfin,  la playa Fanabé, sur la côte Adeje, pas loin de Los Cristianos, nous a moins plu car très venteuse (ce jour là en tout cas).

Le manger !

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez vu que c’était clairement le clou de notre voyage ! (Bon, ok, de tous nos voyages x) #TeamMorfales )

A Los Cristianos,

On a adoré un glacier fantastique qui propose plus de 80 parfums, dont Schtroumpf ! Elles sont excellentes, et vraiment pas chères : pour quelques 3€ on a eu chacun une énorme portion !

Il y a également un petit salon de thé adorable dans une rue piétonne, où on s’est arrêtés un matin pour un petit déjeuner délicieux, mais j’ai perdu le nom 🙁 Le cadre était génial, j’avais trop aimé !

Dans le nord,

A La Laguna, on a déjeuné dans un restaurant qu’on aurait jamais trouvé sans TripAdvisor : le Casa Neke. C’était incroyablement bon, on était conquis 😀

On y a notamment dégusté une entrée typique des Canaries : des crevettes sautées dans de l’huile à l’ail… ça a l’air bizarre comme ça mais c’était une méga tuerie, on en a repris à tous les repas !

Ensuite on a commandé tous les deux de la morue, moi qui ne suis pas fan de ce poisson, j’ai vraiment adoré, la cuisine de ce restaurant était très délicate ♥

Vers Anaga on s’est arrêtés au restaurant Roque de las Animas qui était oufissime, avec du poisson grillé trop trop bon et un personnel trop gentil !

Dans le sud de l’île,

On a dîné chez La Tasquita de Tono à San Miguel de Arona. Encore une fois, on a été complètement séduits par la cuisine hyper raffinée ♥ On sentait qu’ils étaient habitués à recevoir des touristes, l’accueil était top !

Enorme coup de coeur aussi pour  le Pink Parrot Café, tenus par des anglais. En face de l’océan, ils font des dîners de ouf tous les soirs, sur réservation. On y allait souvent pour le petit dej, leur carrot cake est INCROYABLE ♥ Le cadre est super soigné, et les gérants A D O R A B L E S ! On a pas pu avoir de la place pour le Fish N Chips qui avait l’air dingue, trop déçus :'(

Du coup ce soir là on a continué un peu sur la jetée pour arriver à un restaurant toujours face à l’océan, mais plus en retrait, le Terrazza Gaviota, et ça nous a bien consolés 😉

Enfin, je tenais absolument à ma paëlla, et on s’est régalés chez Mary. La paëlla est excellente, et les portions amplement suffisantes pour 2. Les morfales que nous sommes n’avons pas pu finir, même en nous resservant !

Love,
Meantara.

Meantara tricote un ensemble tout chaud pour la St Valentin (tuto)

Hello lovebirds !

Je n’ai jamais été très St Valentin, juste parce que c’était pas cool d’être une fille girly qui aime le rose, les cœurs et l’amour :p

Je n’ai pas spécialement changé, surtout que je me suis mariée une semaine après la St Valentin, alors vous imaginez bien que j’y attache un touuuut petit plus d’importance !

Il n’empêche que j’aime bien les petites occasions chouettes de faire des choses mignonnes !

Je vous ai donc préparé un double tuto pour rester au chaud en amoureux cette Saint Valentin ! Ou pas hein, rien ne vous empêche de garder les 2 pour vous (moi je pique tout le temps le bonnet hehe).

L’idée de cet “ensemble” est partie d’un joli point que tricotait mon amie Ombeline pour son mignon bébé (vous savez, Yovàn, celui de la couverture). Il s’agit du point grillage, expliqué dans cette vidéo.

Le chouette point de grillage

J’ai flashé à la première photo qu’elle m’a envoyé, il faut dire que ça rendait exceptionnellement bien avec la laine qu’elle avait choisi !

Et miracle, pour une fois Le Mari était lui aussi emballé par un point de tricot ! Je n’ai donc pas attendu une seule seconde pour aller acheter une pelote de Drops Andes et lui faire un petit bonnet. J’ai ensuite craqué pour la douceur de la Drops Andes, et me suis souvenue que je n’avais pas de headband de cette couleur #excuse

On est pas mignons avec nos chapeaux assortis ? (non)

Place aux tutos !

Mais avant, voici un petit lexique :

me = maille endroit

mg = maille glissée à l’envers

j = jeté

2ens = 2 mailles ensemble

Bien sûr, si vous avez des interrogations, n’hésitez pas à me demander 😉

Tuto bonnet :

  • Le point se tricotant en multiples de 4 mailles, j’en ai monté 44, mais Le Mari a une petite tête ! Si vous préférez les bonnets amples, je vous conseille de partir plutôt sur 48 mailles.
  •  J’ai utilisé 1 pelote de Drops Andes (pour un bonnet plus larges et/ou plus slouchy et/ou avec un pompon, prévoir 2 pelotes)
Bonnet point de grillage drops andes

Petit bonnet deviendra grand (ou pas)

  • J’ai ensuite tricoté des côtes 1/1 (une maille endroit, une maille envers) sur environ 15 cm. Une fois que la hauteur des côtes me convenait pour faire un rabat, j’ai commencé le point de grillage :
  • Rang 1 : *2 me, passer le fil sur le devant, 3 mg, repasser le fil sur l’arrière, 1 j, 1 me*
  • Rang 2 : tout à l’envers, en faisant tomber les jetés sur l’endroit du tricot (cf video)
  • Rang 3 : tout à l’endroit
  • Rang 4 : tout à l’envers
  • Rang 5 : 3 me, *piquer dans le jeté plus bas, 2ens, passer le fil sur le devant, 3 mg, 1j, reprendre depuis *
  • Rang 6 : tout à l’envers, en faisant tomber les jetés sur l’endroit du tricot
  • Rang 7 : tout à l’endroit
  • Rang 8 : tout à l’envers
  • Rang 9 : 2 me, 3 mg, 1 j, *piquer dans le jeté plus bas, 2ens, passer le fil sur le devant, 3 mg, 1j, reprendre depuis *
  • Rang 10 : tout à l’envers en faisant tomber les jetés sur l’endroit du tricot
  • Rang 11 : tout à l’endroit
  • Rang 12 : tout à l’envers
  • Rang 13 : comme le rang 5
  • Rang 14 : comme le rang 6
  • Rang 15 : comme le rang 7
  • Rang 16 : comme le rang 8
  • Rang 17 : comme le rang 9
  • Rang 18 : comme le rang 10 etc…

Vous faites autant de répétitions que vous voulez, moi j’ai fait un bonnet pas slouchy du tout, j’ai du faire 2-3 répétitions 🙂

Une fois la longueur souhaitée atteinte, vous faites les réductions sur les rangs 6-7-8 ou 10-11-12 , en tricotant 2 mailles ensemble pendant tout le rang, que ce soit à l’endroit ou à l’envers : au bout de 3 rangs vous avez normalement 5 mailles à la fin, vous pouvez passer le fil à travers ces 3 mailles et coudre tout le long du bord !

Je n’ai pas ajouté de pompon parce que Le Mari trouve que “ça fait fille”, mais je pense qu’il serait vraiment sympa avec un gros pompon au dessus !

Tuto headband :

ensemble tricot homme femme

Le petit duo

Pour être franche, je ne suis pas 100% satisfaite du rendu de ce headband. Je pense qu’il doit être beauuucoup plus sympa avec un fil moins gros !

  • Monter 18 mailles
  • Rang 1 : *2 me, passer le fil sur le devant, 3 mg, repasser le fil sur l’arrière, 1 j, 1 me*
  • Rang 2 : tout à l’envers, en faisant tomber les jetés sur l’endroit du tricot (cf video)
  • Rang 3 : tout à l’endroit
  • Rang 4 : tout à l’envers
  • Rang 5 : 3 me, *piquer dans le jeté plus bas, 2ens, passer le fil sur le devant, 3 mg, 1j, reprendre depuis *
  • Rang 6 : tout à l’envers, en faisant tomber les jetés sur l’endroit du tricot
  • Rang 7 : tout à l’endroit
  • Rang 8 : tout à l’envers
  • Rang 9 : 2 me, 3 mg, 1 j, *piquer dans le jeté plus bas, 2ens, passer le fil sur le devant, 3 mg, 1j, reprendre depuis *
  • Rang 10 : tout à l’envers en faisant tomber les jetés sur l’endroit du tricot
  • Rang 11 : tout à l’endroit
  • Rang 12 : tout à l’envers
  • Rang 13 : comme le rang 5
  • Rang 14 : comme le rang 6
  • Rang 15 : comme le rang 7
  • Rang 16 : comme le rang 8
  • Rang 17 : comme le rang 9
  • Rang 18 : comme le rang 10 etc…

Là encore, je n’ai pas compté le nombre exact de répétitions, je mesurais au fur et à mesure sur ma tête !

Mais pour info, je fais 55 cm de tour de tête 🙂

Voilà voilà pour ce double tuto, j’espère qu’il vous plaira ! Si vous les tricotez, surtout n’hésitez pas à me partager vos photos !

Love,
Meantara.

Meantara tricote une “lovely leaf lace scarf”

Hello les petits loups !

Comment ça va bien ?

Moi ça va plutôt bien, je retrouve mon rythme, je commence à me faire au froid etc (ok, le redoux ça aide vachement xD).

Cette semaine je vous présente un ouvrage dont je suis assez fière. Il s’agit du modèle “Lovely Leaf Lace Scarf” de Purl Soho. Je l’avais repéré il y a plus d’un an, au tout début de mon obsession tricotesque. Je l’avais soigneusement gardé dans un coin, en attendant une chouette occasion.

L’occasion en question est arrivée ce mois-ci, pour l’anniversaire du plus joli des petits cacas râleurs, ma copine Marion ♥

C’est une longue écharpe assez large, constituée de 2 morceaux assemblés par un grafting au milieu. En effet, pour garder la même forme de motif, on tricote “motif + bande de jersey” 2 fois, avant de réunir les 2 morceaux.

Leaf Lace Scarf purlsoho

Le motif de l’écharpe Lovely Leaf Lace

La laine

Lovely Leaf Lace Scarf

La bôtey tout en longueur

Pour tricoter la Lovely Leaf Lace Scarf, j’ai utilisé 8 pelotes de Drops Nepal coloris “océan profond”.

Je suis amoureuse de cette couleur, que j’avais déjà travaillée en Alpaca Mix, mais je n’arrive toujours pas à décider si c’est du bleu ou du vert ! Je la trouve parfaite pour des produits Serpentard, mais je suis apparemment la seule haha.

En tout cas, la couleur m’a parue parfaite pour une petite tête rousse !

Mon expérience

J’ai adoré tricoter ce modèle ! J’ai pu m’amuser avec les magnifiques Hiya Hiya interchangeables offertes par mes copines pour mon anniversaire. Le motif est simple et super rapide à faire, du coup ça montait assez vite (même si j’avoue que j’avais un peu peur de m’ennuyer en 5,5mm…).

Au début on ne distingue pas trop le motif et j’avais peur que ce soit tout moche, mais à partir de 1 ou 2 feuilles ça prend forme et c’est un plaisir de voir le motif se créer !

J’aurais bien aimé ne tricoter que lui, parce que j’avoue que la graaaaaande section de jersey au milieu… n’était pas ma partie favorite :p

En tout cas j’aime assez le rendu final, et mes grafting commencent à approcher de la perfection #Modestie

Le résultat est plutôt sympa (je trouve), l’écharpe fait 1.90m de long pour quelques 35cm de large.

Qu’en pensez-vous ?

Love,
Meantara.

Meantara tricote une baby blanket ajourée

Hello hello !

Comment ça va par ici ?

De mon côté ça va … froidement ! Les vacances au soleil en plein hiver c’est bien chouette mais le retour est rude ! (ok ça va j’arrête de me plaindre)

J’ai officiellement repris le sport … ça fait un bien fou mais c’est pas facile de s’y tenir, la routine est mon pire ennemi je crois !

Je tiens bon je tiens bon, mais ce froid m’épuise, je suis crevée à 20h30 -_- (et après je me réveille à minuit pour de belles insomnies #VisMaVieDeMamie)

En parlant de Mamie, je vous parle tricot aujourd’hui ! 😉

Le 03 Janvier est né le petit bout de chou d’une de mes amies, et j’ai pour l’occasion tricoté un mini trousseau avec une petite couverture et un petit bonnet ourson.

tricot bébé

Le trousseau de Yovàn

Les patrons

La couverture est un patron de All made here sur lequel j’ai absolument flashé. Je la trouvais trop choue, douce et élégante, et le point paraissait plutôt intéressant à réaliser.

Le petit bonnet, quant à lui, est un patron de Hello Kim qui me fait de l’œil depuis une éternité !

Au tout début je ne pensais jamais le faire puisque je ne crochetais pas, puis j’ai appris mais je n’avais aucun bébé autour de moi haha

Du coup, là c’était l’occasion rêvée !

couverture bébé trousseau naissance

La plus choupie des baby blankets

La laine

J’ai choisi -un peu au pif, je dois l’avouer- la Drops Belle qui me paraissait idéale pour un tricot “dentelle”.

Niveau coloris, j’ai pris le vert mousse, et la pour la couleur contrastante du bonnet j’ai choisi le beige, je suis assez contente du rendu !

Mon expérience

Alors en effet, le fil est tout léger et assez agréable à travailler, et clairement la couverture n’est pas aussi lourde que celle de ma jolie Mélina !

Toutefois, je ne suis pas à 100 % satisfaite de ce choix : il n’y a pas de laine dans le fil (je n’y avais même pas fait attention #Patate) du coup ce n’est pas hyper chaud… Et puis le rendu final est un peu trop “mou” à mon goût.

La couverture :

Pour une couverture, ça fait assez bien le job, et puis j’ai fini par m’y faire, à ce rendu fluide et léger !

En plus, il paraît que le beau Yovàn l’adore, alors je suis ravie 😉

Sinon côté dimensions, j’ai fait quasiment le double de la longueur du patron : 65 x 120 cm !

Je l’ai tricotée en 5 mm, et j’ai utilisé 6 pelotes.

Quand au patron en lui-même, franchement j’ai ADORE ! Le motif est hyper simple à comprendre/retenir. J’ai dû revenir en arrière beaucoup (trop) de fois pour des erreurs d’inattention, mais bon x)

Je n’aime pas du tout les mailles envers alors les motifs sur base de jersey c’est un peu l’enfer mais avec ce modèle j’ai multiplié par 10 ma rapidité sur ces rangs x)

Il m’a quand même paru assez long à réaliser … il faut dire que je l’avais commencé déjà en octobre, et que j’avais plein d’autres projets en parallèle.

Le tricot, une affaire de famille !

Mon beau frère essayant de tricoter quelques mailles de la baby blanket de Yovàn à La Réunion

Le bonnet ourson :

tricot bonnet bébé ourson

Le choupi bonnet ourson ♥

J’ai trop aimé tricoté ce patron à croquer !

Seul problème : n’ayant pas de petit bébé sous la main pour tester les dimensions, je me suis fiée à internet … bien mal m’en a pris : le bonnet est trop grand !

Bon, c’est toujours mieux dans ce sens mais j’avoue être déçue… Surtout que j’en ai tricoté un autre (plus petit) pour un petit Théodore de 5 mois, et c’est encore trop grand !

Voilà pour les aventures tricotesques de cette semaine, je vous fais des bisous et vous dis à mardi prochain ! ♥

Love,
Meantara.

Les recettes veggie de Bibi #1 : le gâteau choco

Hello tout le monde !

Je rentre tout juste de Ténérife, et je dois avouer que la reprise est difficile !

Je suis donc super heureuse de m’effacer un peu cette semaine pour vous présenter la première recette veggie de mon ami Bibi (t’as vu ce sens de la rime ?).

Une fois de temps en temps, il passera par ici vous proposer des recettes 100% végétariennes et gourmandes ! Il a décidé d’ouvrir le bal avec sa recette de gâteau au chocolat, un miam gâteau que j’ai eu la chance de goûter cet été, et que je ne peux que vous conseiller !

dessert_principaleUne recette qui se consomme avec (plutôt sans) modération et à toutes les saisons : le gâteau au chocolat ! A ce dessert/goûter classique, j’ajoute deux petits ingrédients (magiques) : pistache et cacahuètes. Alors, à vos fourneaux !

Etape 1 – Les ingrédients

(Pour 4 personnes)

  • 8 carrés de chocolat
  • 2 œufs
  • 50 g de farine
  • 50 g de sucre
  • 1 pot de yaourt (nature)
  • Un noix de beurre pour le moule
  • 1 poignée de pistache grillées (non salées)
  • 1 poignée de cacahuètes grillées (non salées)

Etape 2 – La préparation 

  1. Préchauffer votre four Thermostat 6 (180°)
  2. Faire fondre les carrés de chocolat au bain marie
  3. Mélanger le sucre, les œufs, la farine et la pot de yaourt dans un saladier puis ajouter le chocolat fondu
  4. Ajouter au mélange les poignées de pistache et de cacahuètes
  5. Beurrer le moule
  6. verser la pâte à gâteau
  7. Faire cuire au four environ 25 minutes

Etape 3 – Les conseils de Bibidessert_preparation_2

Doser les pistaches et cacahuètes selon votre convenance. Par exemple, on peut imaginer 1/3 de pistache et 2/3  de cacahuètes. Encore une fois, assurez-vous de bien choisir des fruits à coque grillés uniquement (et non salés).

 

 

J’espère que cette recette vous plaira, je vous donne rendez vous la semaine prochaine pour un article tricot 😉

Love,
Meantara.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...